INTERNATIONAL

 •

Elections législatives anticipées en Grèce : la droite battue par des idées de gauche

 

grece-legiskatives-1

Les élections législatives anticipées du 4 octobre en Grèce voient une nette victoire du Parti socialiste grec (Pasok). Avec près de 44 % des voix, celui-ci devance largement la Nouvelle-démocratie (droite) conduite par le premier ministre sortant Costas Caramanlis. Avec près de 34 % des voix obtenues, ND perd près de 60 sièges au parlement qui en compte 300. Le Pasok s’assure une confortable majorité avec 162 sièges obtenus.

La droite enregistre une grande défaite et paie les désastres de sa politique néolibérale et son incapacité à faire face aux incendies qui ont cet été, une fois de plus, ravagé les alentours d’Athènes.

La victoire du Pasok intervient après une campagne menée plus à gauche qu’en 2004 et 2007 lorsque les socialistes ont connu deux défaites électorales successives. Il convient de noter cette évolution. Le Pasok a fait de nombreuses promesses de soutien aux bas revenus. Il a promu une politique de relance de l’économie par des politiques publiques, de refonte fiscale favorable aux classes populaires et de lutte contre la corruption dans le pays.

Le Parti de gauche observera avec vigilance ce que le Pasok fera réellement au pouvoir, mais se réjouit de voir la droite battue et, qui plus est, sur des idées de gauche.

Il existe un autre motif de réjouissance dans cette campagne : malgré des distensions internes importantes, l’autre gauche se maintient et se stabilise dans le paysage politique grec. Le Parti communiste Grec (KKE) et Syrisa (« Coalition de la Gauche Radicale »), qui siègent avec les élus du Front de Gauche au sein de la GUE/NGL au Parlement européen, obtiennent respectivement 7,5% et 4,5% des voix aux dernières nouvelles.

Gageons que Syrisa, qui porte le combat social et de l’écologie politique dans la gauche grecque, saura peser au Parlement ( la coalition obtient 12 députés dans la nouvelle assemblée), avec le KKE (20 sièges), pour que le Pasok applique une politique de gauche.

Comme en Allemagne et au Portugal, ces élections grecques illustrent l’émergence d’une autre gauche significative et prometteuse en Europe.

DOSSIERS

 •
  1. Tribunaux d’arbitrage


    Firmes contre la démocratie

COMMUNIQUÉS

 •
  1. Hommage à Rémi Fraisse dimanche 2 novembre