Résolution politique adoptée par le CN des 21 et 22 mai 2016

À un an de la fin de son quinquennat, le bilan de la présidence de François Hollande est désastreux. Il aura usé et abusé de tous les rouages antidémocratiques de la Ve république, confirmant ainsi qu’il s’agit bien d’une monarchie présidentielle, pour mener une politique opposée à celle pour laquelle il a été élu.

La question n’est plus de savoir s’il a une chance, en cas de candidature, de se qualifier pour le 2ème tour de l’élection présidentielle de 2017, mais plutôt dans quel état de délabrement politique il va atteindre cette échéance.

La colère dans le pays est si forte que ce serait présomptueux de sa part d’imaginer faire oublier la situation désastreuse du pays grâce au démarrage de l’Euro de foot le 10 juin.

CASSE SOCIALE ET DENI DEMOCRATIQUE

La loi El Khomri est un condensé de toutes les attaques du gouvernement contre la construction républicaine et sociale de notre pays : inversion de la hiérarchie des normes, attaque contre les droits des travailleurs… François Hollande, jusqu’au bout il aura préféré flatter le patronat en abandonnant la hausse de la taxation des CDD. Le Medef en profite une fois de plus pour exiger toujours plus et notamment dans la négociation sur l’assurance chômage.  La baisse du chômage, qui lèverait la censure que François Hollande s’est lui-même imposé quant à sa candidature à la Présidentielle, n’existe pas ; la réalité sociale est plus forte et dramatique, que la manipulation des statistiques. La baisse des demandeurs d’emplois de catégorie A (chômeurs n’ayant pas travaillé une seule journée au cours du mois écoulé) annoncée pour mars est entièrement annulée par la hausse des catégories B et C, soit celles et ceux ayant travaillé quelques heures. Les radiations ont encore augmenté et les demandeurs d’emplois mis en formation accélérée suite au plan formation décidé à la va vite à cette fin sont opportunément sortis des statistiques pour quelques mois. Le léger frémissement de la croissance constaté au 1er trimestre dans l’UE (0,80%) doit tout à la baisse des prix des matières premières, dont le pétrole, et au cours de change de l’euro, et rien à une réelle reprise de l’activité. Il n’y a donc rien à espérer de ce côté-là. Et pour cause, il faudrait pour cela que l’austérité et la politique de l’offre, celle qui s’attaque toujours plus au revenu du travail pour servir la rente, cesse de produire son effet dévastateur. Autrement dit, que cette politique soit stoppée net.

Lire la suite…

    Leave a Reply