RDC : la volonté des électeurs doit prévaloir !

Félix Tshisekedi a été proclamé dans la nuit du 10 janvier à Kinshasa vainqueur de la présidentielle à un tour du 30 décembre dernier avec un score de  38,5 % des voix. Ce qui pourrait être une bonne nouvelle puisqu’alternance il y a par rapport à un Kabila ayant renoncé sous pression internationale à un troisième mandat et qui présentait un homme de paille pour lui succéder façon Poutine-Medvedev, est en fait une sinistre farce.

Kabila, mesurant l’ampleur du retard du dauphin désigné Emmanuel Ramazani Shadary, ex-ministre de l’Intérieur, parvenu de fait en troisième position avec 23,8% des voix, avait au préalable passé un pacte avec Félix Tshisekedi, fils d’Étienne, disparu en février 2017.

Car il fallait à tout prix écarter Martin Fayulu, qui avait tenté d’unifier l’opposition lors d’un conclave en Suisse et failli y arriver jusqu’à la trahison de Félix et qui aurait obtenu selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni) 34,8% des voix.

Un « arrangement », une « main tendue » à Félix plutôt que de perdre le pouvoir et plus précisément la mainmise sur les finances et l’appareil sécuritaire.

Nous sommes donc à nouveau confrontés à une inversion de résultats électoraux, il est vrai cette fois-ci, ironie de l’histoire, au profit d’un (faux) opposant !

Le Parti de Gauche condamne fermement cette inversion de résultats électoraux et dénonce l’attitude complaisante de l’Union Africaine et de l’OIF. Le Conseil de Sécurité ne doit pas accepter cette situation et exercer des pressions afin d’exiger la vérité des urnes à savoir la publication des bordereaux de résultats détaillés.

Le Parti de Gauche réaffirme la position déjà exprimée dans une récente déclaration, de la nécessité d’une transition citoyenne qui permettrait de repenser un système démocratique et progressiste pour le pays.

Related Posts

Comme Margaret Thatcher, Erdogan laisse mourir les grévistes de la faim en Turquie
Turquie
Leyla Güven : notes d’une libération
Venezuela : Macron doit revenir à la raison

Leave a Reply