lubrizol

L’’incendie éteint, il s’agit de faire face maintenant aux conséquences

Pour beaucoup d’habitants de la Seine-Maritime jeudi dernier, l’événement qui retenait toute leur attention n’était pas la disparition de l’ex-président de la République Jacques Chirac, mais l’incendie en cours à l’usine Lubrizol à Rouen. Et les flammes sont maintenant éteintes, le nuage est parti vers le Nord, mais l’incident n’est pas clos, loin de là !

Car cette catastrophe industrielle sur un site classé SEVESO n’est pas un événement anodin. 

Le Parti de Gauche 76 s’inquiète d’abord des conséquences sur la santé des populations et sur l’environnement. La pluie a rabattu les poussières noires de la fumée sur le sol et dans l’eau. par ruissellement des rues de Rouen dans la Seine et par le sol dans les nappes phréatiques.
Sont impactées aussi les cultures des particuliers et des agriculteurs. Les récoltes de pommes, de poires et autres fruits, de pommes de terre et de fenaison d’automne sont compromises par une terre recouverte d’une pellicule de suie grasse rendant les produits impropres à la consommation. Nous pensons avec inquiétude aux conséquences sur les producteurs laitiers fortement touchés par la crise agricole et sur l’agriculture bio.

Il est ensuite insupportable que des industries classée SEVESO puissent subsister en zone d’habitat et près d’un pont à grande circulation, en plein cœur d’une métropole de plus de 400 000 habitants. A plusieurs reprises l’usine Lubrizol a connu des incidents, en 1980, le 21 janvier 2013, fuite de gaz en décomposition dont le panache est allé jusqu’en Angleterre, le 3 septembre 2019 un feu s’est déclenché dans une salle de filtration et cette fois-ci l’incendie à provoqué une traine de fumée jusqu’au Nord de la France et la Belgique. Le Parti de Gauche 76, estime donc que le groupe américain Lubrizol du milliardaire Warren Buffett, doit assumer ses responsabilités dans cette catastrophe industrielle, qu’il doit alimenter un fond d’indemnisation des victimes, prendre en charge le nettoyage des suies noires et fermer ce site de production trop dangereux.

Il semblerait enfin que la Préfecture n’ait pas, elle non plus, assumé toutes ses responsabilités. Les sirènes ont donné l’alerte deux heures après le début de l’incendie, la population alentour n’a pas été évacuée alors que l’incendie risquait de s’étendre à des produits très dangereux, le Préfet a minimisé le danger des fumées, a promis des analyses complémentaires dont les résultats sont encore inconnus.

Les profits de Warren Buffet ne valent pas la santé et la vie des Seinomarins. Cet accident supplémentaire nous confirme que l’exploitation des énergies fossiles doit cesser urgemment et que l’industrie ne peut pas être laissée sous la seule responsabilité de multinationales dont le premier objectif est de gaver les actionnaires.

Parti de Gauche de Seine Maritime

Leave a Reply