COMMUNIQUÉS

 •

Le « délit de blasphème » n’a pas sa place dans la République !

 

Nous dénonçons la volonté de la part de certains groupuscules violents de salir la Fête de l’Humanité et de rétablir une sorte de « délit de blasphème » absolument inacceptable.

Ainsi, alors que le PG se félicite de la forte affluence rencontrée sur son stand et de manière générale par toute la Fête de l’Humanité qui annonce une forte mobilisation le 30 septembre contre le Traité d’Austérité, il tient à faire une mise au point à propos d’un incident qui s’est déroulé sur le stand des Amis de l’Humanité. Un débat devait y avoir lieu samedi avec notamment Caroline Fourest et Hervé Poly sur le Front national.

Quelques dizaines de personnes, issues manifestement de petits groupes comme « Les indigènes de la République » ou des animateurs du site « Ouma.com », prétextant de la présence de Caroline Fourest, ont fait le choix d’empêcher ce débat par la force et les insultes. Parmi les quelques slogans scandés par ces personnes, et sur la banderole qu’ils ont déployée, revenait l’affirmation absurde que Caroline Fourest serait « islamophobe ». Face à la confusion générale, et pour éviter toute violence, les organisateurs ont fait le choix sage d’annuler le débat.

Nous condamnons fermement ce genre de coup de force d’une grande lâcheté de la part d’une poignée d’individus ayant perdu tout repères politiques. Premièrement, empêcher la tenue d’un débat à propos de la riposte à apporter au FN est un acte grave qui ne profite qu’à l’extrême droite. Deuxièmement, le terme « d’islamophobe » ne fait pas partie de notre vocabulaire. Autant le PG est en première ligne pour dénoncer le racisme qui touche particulièrement nos concitoyens de confession musulmane, autant nous considérons que toutes les religions, dont l’Islam, doivent pouvoir être critiquées librement dans notre pays.

Même si nous ne partageons pas toujours les analyses de Caroline Fourest, nous connaissons ses convictions féministes et laïques et sa détermination contre le racisme et l’extrême droite, et nous lui assurons notre solidarité totale en rappelant que l’an dernier, lors de la Fête de l’Humanité, elle fut invitée sur notre stand pour débattre déjà du FN.