COMMUNIQUÉS

 •

Le Parti de Gauche s’engage dans les campagnes de boycott, désinvestissement, sanctions, à l’égard d’Israël

 

carte-israel-palestine.jpg François Hollande, en visite en Israël, a déclaré aux plus hauts représentants politiques israéliens : « jamais vous n’avez cédé sur la démocratie, sur le pluralisme, sur les droits ».

Il nous faut donc rappeler ici que l’Etat d’Israël bafoue constamment le droit international. La bande de Gaza est toujours sous blocus illégal, et constitue une véritable prison à ciel ouvert pour ses 1,5 millions d’habitants. Israël détient toujours des milliers de prisonniers politiques palestiniens, et ce n’est pas la libération de 26 d’entre eux tout récemment qui change la situation, d’autant que quelques jours après, quatre Palestiniens ont encore été tués par l’armée israélienne. Le plan Prawer de judaïsation du Néguev prévoit toujours de déplacer près de 70 000 bédouins palestiniens de citoyenneté israélienne dans des cités réserves. La colonisation de la Cisjordanie se poursuit sans faiblir : alors même que le secrétaire d’Etat américain, John Kerry - visiblement lui-même gêné par les agissements du gouvernement israélien - était en visite dans le pays, les autorités annonçaient de nouvelles autorisations pour la construction de 5000 logements, à Jérusalem Est et en Cisjordanie. Enfin, le gouvernement israélien n’a aucunement l’intention de respecter les frontières d’un hypothétique Etat palestinien puisqu’il a bien indiqué sa volonté de maintenir une présence militaire dans la vallée du Jourdain, accompagnée d’un projet de construction d’une « barrière de sécurité » entre la Cisjordanie et la Jordanie, dès lors que celle entre Israël et le Sinaï égyptien serait terminée.

Après le vote favorable de la France pour que la Palestine soit intégrée à l’Assemblée générale des Nations unies comme membre observateur, notre pays doit reconnaître l’Etat palestinien de manière bilatérale. De plus, il est temps de passer des discours aux actes, en prenant de réelles sanctions à l’égard du gouvernement israélien pour le contraindre à appliquer les dizaines de résolutions des Nations unies le concernant.

Le Parti de Gauche appelle François Hollande à exiger du gouvernement de Benjamin Netanyahu la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens, le gel et le démantèlement des colonies, la levée du blocus de Gaza et la reconnaissance de l’Etat Palestinien dans les frontières de 1967. Il appelle les citoyens en France, à se mobiliser pour les droits de l’ensemble des Palestiniens : droit de vivre dans un Etat viable en toute souveraineté, dans les frontières de 1967, et égalité des droits en Israël.

BDS_Palestine_boycott.jpgDe plus, face au renforcement de la politique d’oppression du gouvernement israélien à l’encontre de   l’ensemble des Palestiniens, le Bureau national du Parti de Gauche réuni le 16 novembre a décidé d’engager le Parti de Gauche dans le soutien aux campagnes de BDS France : Boycott Désinvestissement Sanctions. Chacun peut agir, notamment en boycottant les produits israéliens, en exigeant des entreprises françaises qu’elles ne participent pas à la colonisation et la politique d’apartheid du gouvernement israélien, et en demandant au Président et au gouvernement français d’appliquer de réelles sanctions à l’encontre de l’Etat d’Israël. La paix ne pourra advenir qu’en obligeant Israël à respecter les Palestiniens et leurs droits universels.

  1. Le Parti de Gauche félicite le Front Populaire tunisien