ÉDITOS

 •
  1. Le grand chaos

    Lundi 25 Novembre 2013
      François Delapierre, conseiller régional Front de Gauche en Essonne, secrétaire national du Parti de Gauche

    Virage sur l’aile de Jean-Marc Ayrault. Alors qu’il se contentait de répéter que la TVA serait augmentée au 1er janvier, le voilà qui annonce la «remise à plat» fiscale. Cela ressemble plus à une turbulence qu’à un changement de cap. Rarement un chantier de cette importance aura été lancé dans une telle confusion. La cause en est simple. Hollande, après qu’on l’ait vu s’occuper en direct à la télévision des conditions du retour de Leonarda, reste obstinément silencieux sur ce qui fut sa promesse centrale + lire la suite…

  2. Réforme fiscale

     •

    A peine annoncée, déjà reportée

    Dimanche 24 Novembre 2013
      Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

    Après des mois passés à annoncer par la voix de divers ministres et du président lui-même que le temps de la réforme fiscale était terminé, le 19 novembre le premier ministre a tout d’un coup déclaré qu’il était nécessaire de tout remettre à plat. Une lueur de lucidité? Ou plutôt une tentative de sortir par le haut d’une situation où le gouvernement est coincé entre poujadisme fiscal d’un côté et exaspération à gauche et au niveau syndical face aux reculades constantes devant + lire la suite…

  3. TVA, on t’aura !

    Lundi 18 Novembre 2013
      François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

    Ayrault et Moscovici sont catégoriques. Le gouvernement ne reviendra pas sur la hausse de la TVA prévue le 1er janvier. Cette mesure serait nécessaire pour financer les 20 milliards d’euros donnés au patronat. Selon Moscovici, «c’est par l’entreprise que va reprendre l’économie française: la TVA est faite pour financer en partie cet effort». Ayrault insiste: la hausse est nécessaire car «cela va permettre de financer la baisse du coût du travail pour toutes les entreprises». Ils confirment ce faisant leur + lire la suite…

  4. Marchons le 1er décembre !

    Mercredi 13 Novembre 2013
      Eric Coquerel, Secrétaire national du Parti de Gauche

    Sur fond de chômage et de stagnation économique, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault poursuit une politique d’austérité catastrophique pour le pays. Pire, parce qu’identifié comme le gouvernement de la «gauche», il sème la confusion et désoriente toujours plus nos concitoyens. Cette fin d’année, marquée par le vote d’une réforme des retraites qui légitime et aggrave celle de Nicolas Sarkozy et par un budget d’austérité record, est en train d’achever ce qui reste de légitimité populaire à + lire la suite…

  5. La goutte d’eau et la marée

    Lundi 11 Novembre 2013
      François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

    Ca n’a pas traîné. Quarante-huit heures après notre proposition d’une marche pour une révolution fiscale contre les privilèges, Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat, déclare que la hausse de la TVA prévue au 1er janvier pourrait être la «goutte de trop». Dès le départ, cette mesure cumule la palme de l’imbécilité économique et de l’injustice sociale. La TVA frappe davantage les petits revenus que les gros et s’abat sur la consommation populaire au moment où celle-ci recule pour la + lire la suite…

  6. Plus de 1000 plans sociaux en 1 an: seul le gouvernement reste optimiste

    Jeudi 7 Novembre 2013
      Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

    La France est en train de remonter la pente, disait Jean-Marc Ayrault le 4 novembre. Ce sont pourtant plus de 50 000 emplois directs qui sont menacés par les nouveaux plans sociaux. En Bretagne, la droite et le patronat savent jouer du «sentiment breton» pour faire croire qu’il y aurait une réponse spécifique: patrons, salariés, agriculteurs, transporteurs routiers mains dans la main pour sauver la Bretagne. Mais quelle Bretagne? Celle des algues vertes? + lire la suite…

  7. Vive l’impôt… républicain

    Mardi 5 Novembre 2013
      François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

    Au cimetière des promesses enterrées de Hollande, nos pensées se tournent cette semaine vers sa grande réforme fiscale. Cet engagement promis les yeux dans les yeux aux électeurs fut prématurément fossoyé par Cahuzac en plein Mots croisés face à Jean-Luc Mélenchon: «la réforme fiscale? elle est faite!».

    Cette fois, l’ancien ministre du budget disait peut-être vrai. Mais il ne faut parler ni de réforme ni de révolution. C’est une contre-révolution fiscale qu’opère ce gouvernement. Le traité + lire la suite…

  8. Hollande

     •

    Un capitaine de pédalo incapable d’affronter les tempêtes

    Jeudi 31 Octobre 2013
      Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

    Jamais un gouvernement et un président n’ont été aussi impopulaires sous la 5ème République. En moins de deux ans, le gouvernement aura cédé systématiquement aux exigences du patronat. Celui-ci aurait tort de se gêner puisqu’à chaque fois qu’il proteste, il finit toujours par gagner. Il se sent donc un peu plus fort tous les jours. Dans le cas des mobilisations contre l’écotaxe en Bretagne, on a assisté à une jonction de l’ensemble du patronat, de la FNSEA + lire la suite…

  9. La Bretagne à l’abattoir

    Lundi 28 Octobre 2013
      François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

    Le marasme économique qui a mis le feu aux poudres en Bretagne n’est pas la conséquence malheureuse d’une situation géographique excentrée. C’est le fruit des politiques dites de «compétitivité» menées par l’Union européenne et le gouvernement de François Hollande. Le capitalisme a sa géographie, faite de zones spécialisées et hiérarchisées en centres et en périphéries selon leurs contributions réciproques au mouvement général d’extorsion de la plus-value. Le libre-échange vise justement à extraire + lire la suite…

  10. L’homme du désordre

    Lundi 21 Octobre 2013
      François Delapierre, Secrétaire national du Parti de Gauche

    Il aurait suffi que Manuel Valls dise qu’interpeler une collégienne en pleine sortie scolaire était une faute. Il aurait suffi qu’il admette que c’est un trouble à l’ordre républicain que de demander à un enseignant de se transformer en auxiliaire d’une expulsion pour faire quitter le territoire national à un enfant qu’il est chargé d’éduquer. Mais Valls a fait un autre choix. Reprenant une technique qu’il réitère chaque semaine, il s’est livré à une énième provocation dans l’attente de nouvelles + lire la suite…

DOSSIERS

 •
  1. GMT et normes sociales en Europe : Un démantèlement programmé

COMMUNIQUÉS

 •
  1. Hollande et Valls, droits dans leurs bottes