Politis

L’école de la confiance de Blanquer se défie de l’esprit critique

Francis Daspe publie cette semaine une tribune dans l’hebdomadaire Politis. Francis Daspe est président de la Commission nationale éducation du Parti de gauche et co-auteur du livre Manifeste pour l’école de la VIe République (éditions du Croquant, 2016).

L’enseignement moral et civique se fera en classe complète et non plus en demi-classe. Une mesure d’ordre purement comptable qui entre en résonance avec la dérive autoritaire actuellement à l’œuvre au sein de la majorité.

La réforme du lycée se traduira par des cours d’enseignement moral et civique (EMC) en classe complète en seconde et en première dès la prochaine rentrée de septembre 2019. Jusqu’alors, ces cours se déroulaient en demi-groupes afin de favoriser les échanges et les interventions du plus grand nombre des élèves. L’horaire d’EMC est désormais globalisé, sans la mention de groupes à effectifs réduits. C’est la fin des dédoublements tant appréciés par les enseignants et les élèves.

Il s’agit d’abord d’une mesure d’ordre purement comptable, aux seules fins de la réalisation d’économies budgétaires compulsives et de l’application désincarnée du dogme de l’austérité. Une telle disposition va également à l’encontre de l’esprit même de cette matière fondée sur la réflexion et le débat. Qu’en sera-t-il de l’apprentissage de l’esprit critique qui se forge notamment dans ces cours d’éducation civique ?

>>> Lire la suite sur le site de Politis

Leave a Reply