bresil

Résistance internationale contre le fascisme au Brésil

L’inimaginable a vaincu le deuxième tour de l’élection présidentielle brésilienne ce 28 octobre. Ce projet politique ultra-libéral, anti-démocratique et anti-social a obtenu 55,13% des voix du peuple brésilien à coup d’une campagne agressive contre Fernando Haddad, le candidat du parti des travailleurs (PT).

Une campagne alimentée par la haine où plus de cinquante agressions physiques pratiquées par des partisans de Bolsonaro ont été recensées au cours de l’entre-deux tours.

Le Parti de Gauche s’est engagé depuis 2016 aux côtés du PT et des autres forces politiques de gauche pour défendre la démocratie et l’Etat de droit. Nous nous solidarisons avec nos camarades et nous engageons avec eux dans la résistance contre l’arbitraire et la répression qui viendront.

Nous dénonçons vivement les multiples fraudes électorales pratiquées au cours de cette campagne qui ont influencé de manière irréversible le résultat. À commencer par la sentence d’inéligibilité du candidat Lula, victime d’un procès partial par des institutions qui n’ont pas respecté les orientations du comité des droits de l’homme de l’ONU. Mais nous demandons aussi que justice soit faite autour de l’investissement illégal de 3 millions d’euros par des entreprises privées pour répandre de milliers de fausses-nouvelles sur les réseaux sociaux.

Nous appelons l’ensemble des forces progressistes du monde à se saisir de la gravité de ce résultat. Les principaux responsables de la montée de l’extrême-droite de part et d’autre de l’Atlantique sont les oligarchies politiques et financières qui s’immiscent toujours plus dans les institutions publiques et s’appliquent à satisfaire leurs intérêts en asservissant les peuples. Seul un projet politique centré sur l’intérêt public et l’émancipation citoyenne pourra dérouter le fascisme.

Florence Poznanski, pour le Secrétariat national du Parti de Gauche

Related Posts

Haddad bresil
Brésil : soutien total à Fernando Haddad face à l’extrême droite
Lula libre
Brésil : la Justice prend en otage la souveraineté populaire

Leave a Reply